La France soutient l’horticulture en mileu périurbain défavorisé - 28 octobre 2011 [en]

Visite par l’Ambassadeur du projet « Vegitunnels »
au Hope Village HIV Hospice, Katutura, Windhoek

28/10/2011

JPEG - 82.1 ko

De gauche à droite, Albie Oloefse (Judea Harvest Namibia), Albert Fosso (UPH), Emmanuel Muyumba (le « Vegitunnel Champion »), Jean-Louis Zoël et Marietjie de Klerk (Hope Village).

Le 28 Octobre 2011, M. Jean-Louis Zoël, Ambassadeur de France en Namibie, s’est rendu au centre de soins palliatifs Hope Village dans le quartier de Katutura à Windhoek pour la visite officielle du projet de « Vegitunnels » mis en œuvre par l’association Judea Harvest Namibia.

Les « Vegitunnels », qui utilisent les techniques d’horticulture hydroponique, permettent de cultiver des légumes à fort rendement sur de petites surfaces en milieu urbain et périurbain. La France, via son Fonds Social pour le Développement (FSD), a souhaité soutenir cette initiative de lutte contre la malnutrition dans un pays désertique où le budget alimentaire consomme en moyenne 60% des revenus des foyers. Une subvention de 250 000 N$ (25.000 euros environ) a ainsi permis la construction ou la réhabilitation de vegitunnels dans 10 centres d’accueil pour personnes vulnérables dans les townships de Windhoek, Okahandja et Rehoboth.

Les initiatives de production locale en Namibie sont récentes et encore très limitées, la majorité des fruits et légumes étant importés d’Afrique du Sud. Parallèlement, le phénomène d’urbanisation s’accompagne de forts taux de pauvreté, de chômage et de malnutrition. Il est prévu qu’en 2030 la population urbaine dépasse la population rurale, rendant de plus en plus crucial l’enjeu de la sécurité alimentaire.

Depuis 2008, Judea Harvest Namibia assiste les populations pauvres de Windhoek, Rehoboth et Okahandja pour la mise en place de VegiTunnels destinés à l’alimentation. La plupart de ces VegiTunnels sont associés à des plans de nutrition grâce auxquels tous les légumes produits vont directement dans les cuisines de centres sociaux. Les employés des centres sont formés aux techniques basiques de l’horticulture et de gestion, et des « champions » sont sélectionnés afin d’assurer la pérennité du projet.

Les surplus sont vendus localement et assurent un revenu supplémentaire destiné au projet ou au fonctionnement des centres. Les 4 Vegitunnels installés au Hope Village fournissent ainsi des produits maraichers frais et de grande qualité nutritionnelle aux 82 enfants accueillis et environ 70% de la production est revendue à des collectifs de consommateurs (Bank of Windhoek) ou à un réseau de grande distribution (Fruit and Veg).

Cette initiative innovante, saluée par l’OAA (FAO), a séduit les partenaires privés (Bank Windhoek, Meatco, Red Cross) et institutionnels (City of Windhoek, Ministère de l’Agriculture) et devrait l’an prochain servir de base pour le développement d’une politique nationale de soutien à l’horticulture en milieu urbain et périurbain.

Dernière modification : 03/11/2011

Haut de page