La coopération sur prêts : le groupe AFD [en]

Le Groupe AFD

Le groupe AFD est composé de l’Agence française de développement (AFD) et de PROPARCO.

Institution financière publique, l’AFD participe au financement du développement en accompagnement des politiques publiques pour soutenir des projets dans une logique de développement durable. Pour cela, elle dispose d’outils financiers, destinés aux secteurs public, parapublic et privé. Parallèlement, l’AFD développe une activité de production intellectuelle à travers la réalisation de travaux de recherche, renforcés par des allocations de fonds d’études lui permettant d’être force de proposition dans les débats internationaux sur les questions développementales.
JPEG

PROPARCO est une institution financière de développement conjointement détenue par l’Agence française de développement (AFD) et par des actionnaires publics et privés du Nord et du Sud. Elle a pour mission de catalyser les investissements privés dans les pays en développement en faveur de la croissance et du développement durable. PROPARCO propose une gamme complète d’instruments financiers permettant de répondre aux besoins spécifiques des investisseurs privés dans les pays en développement (prêts, fonds propres, quasi-fonds propres, garanties).
JPEG

L’AFD en Namibie

Le suivi, pour l’AFD comme pour PROPARCO, est assuré à partir du bureau régional basé à Johannesburg. Le mandat régional de l’AFD couvre l’Afrique du Sud, la Namibie, le Botswana, la Zambie, le Zimbabwe, le Malawi, le Lesotho et l’Angola. De son côté, Proparco bénéficie d’un mandat plus large intégrant aussi le Mozambique et le Swaziland, la Réunion, Madagascar, Maurice, les Seychelles. L’AFD valorise les enjeux du développement durable et d’intégration régionale dans une logique de coordination avec les principaux bailleurs institutionnels et notamment sud-africains. L’AFD valorise les enjeux du développement durable et d’intégration régionale dans une logique de coordination avec les principaux bailleurs institutionnels et notamment sud-africains.

Le groupe de l’AFD est autorisé à intervenir en Namibie depuis l’indépendance, ses projets se sont jusqu’à présent concentrés dans les secteurs des infrastructures, de l’environnement et des PME :
-  Deux prêts ont été octroyés à la Namibie : 3,5 millions d’euros en 1996 pour l’approvisionnement de Windhoek en eau potable, et 5,3 millions d’euros en 1998, pour le doublement de l’interconnexion électrique avec l’Afrique du Sud,
-  en 2009, elle a cofinancé avec la BEI et la KfW, à hauteur de 35 millions d’euros, le projet Caprivi, une interconnexion régionale reliant les réseaux électriques de la Namibie à la Zambie,
-  en avril 2011, l’AFD et la FNB Namibia (First National Bank) ont signé un accord de garantie au bénéfice des petites et moyennes entreprises (PME). Ce dernier a permis d’accompagner 80 PME dans leur phase de création ou de croissance. En avril 2014, le renouvellement d’une garantie de portefeuille ARIZ (dispositif de partage de risque) a été signé, permettant ainsi de réaffirmer leur soutien aux PME.
-  de 2005 à 2010, l’AFD a assuré la gestion financière de projets du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) appuyant la mise en œuvre de la politique de gestion participative des ressources naturelles promues par le Ministère de l’Environnement et du Tourisme au travers d’une subvention de 1, 4M€ au réseau des conservancies qui a pour objet la restauration et la gestion de la biodiversité végétale et animale au bénéfice du développement des communautés locales par le biais du tourisme et de la chasse raisonnée.

L’AFD travaille actuellement avec les institutions locales à la mise en place du programme « Sustainable Use of Resources and Energy Finances » (SUNREF), visant à encourager les projets de petite et moyenne échelle dans les domaines des énergies renouvelables, de l’efficience énergétique, de l’écotourisme, de l’agriculture durable et de la protection de la biodiversité.

D’autres interventions de l’AFD en Namibie en sont au stade de l’identification, notamment dans le secteur de l’énergie. Par ailleurs, Proparco, qui intervient actuellement en Namibie dans le domaine de l’éducation avec le groupe Trustco, cherche à s’y développer dans le secteur des énergies renouvelables.

Mis à jour le 30 août 2016

Dernière modification : 31/08/2016

Haut de page