NamWater et Altereo signent un accord pour une étude de faisabilité à Keetmanshoop

NamWater et Altereo signent un accord pour une étude de faisabilité à (...)

L’entreprise française Altereo, spécialisée dans l’ingénierie de l’eau et de l’environnement, a signé avec l’entreprise paragouvernementale NamWater le 19 novembre un Memorandum of Understanding (MoU) pour une étude de faisabilité. Cette étude constitue un avant-projet pour la réhabilitation du système de production et de transfert d’eau pour la municipalité de Keetmanshoop.

La signature s’est tenue à la Résidence de France en présence de la Ministre adjointe à l’Agriculture, l’Eau et aux Forêts Mme. Anna Shiweda, de l’Ambassadrice de France en Namibie Mme. Claire Bodonyi, de la Maire de Keetmanshoop Mme. Gaudentia Kröhne, du Directeur financier de NamWater Fernando Somaeb, du Directeur d’Altereo Christian Laplaud et du conseiller économique de l’Ambassade de France à Pretoria Jean-Baptiste Dabezies.

L’étude menée a pour but d’établir un diagnostic et de permettre la réhabilitation du système d’alimentation en eau potable du réseau Naute-Keetmanshoop. Dans le périmètre de la ville de Keetmanshoop, l’étude distinguera d’une part les besoins de réhabilitation et de renforcement du système d’alimentation en eau potable et d’autre part l’amélioration de la gestion de la performance des infrastructures de distribution. L’étude sera réalisée en collaboration avec l’entreprise paragouvernementale namibienne NamWater.

Altereo a consulté les partenaires locaux pour déterminer les projets les plus pertinents. La région de Keetmanshoop avait été identifiée comme priorité par le ministère de l’Agriculture, de l’Eau et des Forêts namibien et NamWater. Les premiers pas du projet datent de la visite en France du président Hage Geingob en 2016. Le système d’alimentation en eau potable Naute-Ketmanshoop mis en service en 1972 est en effet vétuste et nécessite une réhabilitation.

La ville de Keetmanshoop constitue par ailleurs un centre économique au Sud de la Namibie. Keetmanshoop gagne en attractivité grâce au développement de la région et au rôle de carrefour qu’elle joue avec l’Afrique du Sud.

Le montant du projet total s’élève à EUR 880 000. Le ministère de l’Economie et des Finances français participe à hauteur de EUR 745 000 au titre du FASEP (Fonds d’étude et d’Aide au Secteur Privé).

Dernière mise à jour le : 28 novembre 2018
Retour en haut