Témoignage d’un jeune français sur ses 6 mois de service civique à Otjiwarongo [en]

L’association Peri Naua, fondée en 2002 à Bar le Duc, soutient deux projets en Namibie, une école maternelle (construite en 2008 grâce à un financement de l’ambassade de France) et une bibliothèque de quartier, grâce à des subventions annuelles et l’envoi de volontaires et de matériel, mais aussi en faisant contribuer les touristes français par des dons et l’achat d’artisanat local.

JPEG - 227.5 ko
Les locaux de la bibliothèque de quartier de l’association Peri Naua

Un jeune volontaire de l’association, Sylvain Dartois, témoigne :

« Etudiant en Design Graphique, j’ai décidé de partir dans le cadre du service civique loin de mes études, loin de ma zone de confort, pour vivre une expérience unique … et je n’ai pas été déçu ! Volontaire à la bibliothèque ainsi qu’à l’école de temps en temps, j’ai eu la chance, que dis-je, le privilège, de pouvoir assister et participer à la naissance d’un projet. Arrivé en septembre, nous avons, avec une autre volontaire, Anna, fait le nécessaire pour pouvoir ouvrir la bibliothèque : couverture de livres, inventaires, peintures, petits travaux, tout ce qu’il faut pour se mettre dans le bain dès le début.

JPEG - 263.4 ko
Une activité peinture organisée par une volontaire de l’association

Une activité peinture organisée par une volontaire de l’association
Après l’ouverture de la bibliothèque, c’est une autre aventure qui commence ! Nouveau projet, pour les enfants comme pour nous, il faut penser, repenser l’organisation, être présent pour les enfants, les familiariser avec ce nouveau lieu. Et c’est là que l’aventure prend tout son sens. Des liens se créent avec les enfants, les discussions deviennent possibles et l’apprentissage est énorme. Les enfants, ces petits bouts de chou sans barrières, s’ouvrent à nous sans complexe, dans une sincérité touchante, et, avec leurs mots, entre baragouinage en anglais et le langage universel des mains, nous apprenons à découvrir leur vie, leurs buts, leurs rêves. Ujakwa qui veut devenir médecin au Canada, Hedwig qui veut, comme sa mère, devenir enseignante pour aider sa communauté, ou encore Brown qui, à l’image de son idole Barack Obama, veut devenir président (rien que ça !). Autant de noms, de visages, de rêves que je n’oublierai pas ! Ces jeunes, remplis d’espoirs pour leur futur, nous rappellent que, malgré la pauvreté matérielle dans laquelle ils vivent, rien n’est joué d’avance. Et si par nos petits moyens, nous pouvons les aider à croire en leurs rêves, alors tant mieux.
Car Peri Naua c’est aussi ça : par l’école et la bibliothèque, leur donner la possibilité d’un enseignement de qualité, de se cultiver, de s’améliorer dans la lecture, afin d’avoir les meilleures chances possibles pour l’avenir, dans un milieu ou l’accès à la connaissance est un luxe parfois difficile à s’offrir.

JPEG - 332.9 ko
Sylvain en pleine lecture d’une histoire

Cette expérience, ces rencontres ont été pour moi une source d’enrichissement profond. Il est impossible d’expliquer à quel point ces enfants, cette communauté, m’ont apporté et j’espère sincèrement avoir pu, du haut de mes faibles moyens, leur donner, ne serait-ce qu’un dixième de ce que j’ai reçu !
Je pourrais encore parler du projet plus personnel de la création d’un livre avec les enfants, qui m’a permis de rencontrer des personnes clés de la communauté, ou encore des discussions avec les volontaires locales ou les institutrices de l’école sur leur pays, son avenir et ses espoirs. Mais je pense que retranscrire ces moments dans leur richesse originale est une mission impossible et, par peur de ne pas être capable de les décrire à leur juste valeur, je vais simplement finir par Merci !
Merci à Peri Naua de m’avoir donné la chance fabuleuse de vivre cette expérience, Merci à Monique(1) pour m’avoir accompagné dans celle-ci, ainsi que pour toute l’énergie qu’elle met dans Peri Naua, Merci à la communauté du township pour leur bienveillance, leur sourire et leur chaleur humaine, Merci aux enfants de l’école et de la bibliothèque pour leurs simplicité et leur cœur ouvert, Merci à la famille, chez qui j’ai vécu pendant ces six mois, de m’avoir accueilli comme un frère et un fils, et enfin Merci à la Namibie pour ses paysages de rêve d’abord mais surtout pour tout ce qu’elle m’a apporté, même si je suis sûr que je ne réaliserai que dans quelques années COMBIEN elle m’a apporté. Merci »

Sylvain - 2 septembre 2015 – 2 mars 2016

(1 : Monique Escurat est la représentante de l’association en Namibie, un pilier de la communauté française et un relais de l’ambassade de France dans la région d’Otjiwarongo.)

JPEG - 70.8 ko
Sylvain en compagnie d’une des enseignantes de la maternelle d’Otjiwarongo

Dernière modification : 01/04/2016

Haut de page